Mon lunivers

Autour de mes lectures...

06 décembre 2006

L'homme aux clercles bleus -=- Fred Vargas

fred_vargas1Ouf ! Pas fâchée d'avoir terminé ce petit polar. On m'avait dit beaucoup de bien de Fred Vargas. Mais je donne un 2.5/5 seulement.  Je n'étais peut-être pas dans le "mood", comme on dit, pour lire ça, mais bon... j'ai trouvé l'intrigue tirée par les cheveux quoi que sortant de l'ordinaire pour le sujet. Le style de Vargas (que je croyais de prime abord être un homme, mais qui est une femme) est très masculin. J'ai du mal à l'expliquer, mais bon, je perdais souvent le fil, je m'essoufflais sur les phrases et une structures effilochées, par à coup... comme si je sentais la voix empruntée (et que je sentais qu'elle aurait gagné à être "féminisée"...) Et cet inspecteur Adamsberg, bof... je préfère encore le personnage plus logique (!) de Danglard (l'alcoolo, père de famille)...

En résumé, nous entrons dans le premier roman d'une série. Adamsberg, nouvellement nommé commissaire du 5e arrondissement est précédé de sa réputation élogieuse. C'est un homme étrange, silencieux et terriblement puissant. Qui griffonne sans arrêt et ne se rend pas compte qu'il pense. Dès son entrée en poste, voilà qu'un homme cercle en bleu des objets hétéroclites dans la nuit. Pour lui, ça sent la cruauté cette affaire-là. L'inspecteur Danglard ne comprend pas pourquoi, jusqu'à ce qu'un meurtre soit commis et que le cadavre se retrouve dans un cercle. Qui est l'homme aux cercles bleus ? Est-ce un meurtrier ?

*********************

Quatrième de couverture:

"Victor, mauvais sort, que fais-tu dehors ?"

Depuis quatre mois, cette phrase accompagne des cercles bleus qui surgissent dans la nuit, tracés à la craie sur les trottoirs de Paris. Au centre de ces cercles, prisonniers, un débris, un déchet, un objet perdu: trombone, bougie, pince à épiler, patte de pigeon...

Le phénomène fait les délices des journalistes et de quelques psychiatres qui théorisent: un maniaque, un joueur.

Le commissaire Adamsberg, lui, ne rit pas. Ces cercles et leur contenu hétéroclite sont de mauvais augure. Il le sait, il le sent: bientôt, de l'anodin saugrenu on passera au tragique.

Il n'a pas tort. Un matin, c'est le cadavre d'une femme égorgée que l'on trouve au milieu d'un de ces cercles bleus.

***********************

Ferd VARGAS, L'homme aux cercles bleus, Éditions J'ai lu, coll. Policier, France, 220 p.

Je ne sais pas si je vais réitérer avec Vargas... à moins que quelqu'un, quelque part, m'assure qu'il y a un incontournable que je doives lire absolument !

Lu en 2004

Posté par Charlie Bobine à 19:58 - Auteurs en V - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire