Mon lunivers

Autour de mes lectures...

09 décembre 2006

Nikolski -=- Nicolas Dickner

La troisième fut la bonne! L’an passé, après avoir réservé le roman auprès de ma bibliothèque municipale, je n’avais pas eu le temps de le lire (on nous alloue qu’une quinzaine quand il s’agit de réservations). Du reste, je n’arrivais pas entrer dedans, j’avais la tête ailleurs, dans d’autres lectures. Quelque chose me rebutait, je ne m’explique pas quoi. La deuxième fois, je l’avais emprunté sans même en ouvrir la couverture, pour des raisons assez semblable à ceux énumérées ci-haut. Quand j’ai vu, sur l’étagère des «livres assez nouveaux et souvent choisis» ce fameux roman, lors de mon dernier passage à la biblio, je me suis dit qu’il était temps que je vérifie s’il était à la hauteur des bons commentaires que j’avais glanés à son sujet!

Ouiii!


nikolskiTout commence en 1989, alors qu’un narrateur inconnu, en faisant le tri des effets de sa mère qui vient de mourir, découvre de vieux journaux intimes. En lisant les périples de jeunesse de sa mère, il pense à son père qu’il n’a jamais connu et ce faisant, il se met en quête d’un compas qu’il lui a envoyé pour un de ses anniversaires. Ce vieux compas déviant, qu’il avait oublié, le plonge en arrière dans le temps et nous entraîne avec lui jusqu’à Nikolski. Sans pour autant bouger de Montréal.

Entre alors en scène, à des milliers de kilomètre de là, au beau milieu des Prairies, Noah. Noah qui a toujours vécu nomade avec sa mère dans une caravane et qui décide de quitter la route en entreprenant des études en anthropologie à Montréal. Retour en arrière où nous sillonnons les routes de l’Ouest canadien avec Noah enfant, qui se demande ce que fait son papa, un marin, dont sa mère et lui sont sans nouvelles depuis qu’il semble s’être sédentarisé dans les Aléoutiennes.

Puis, Joyce. Adolescente qui quitte la Côte-Nord pour Montréal, en rêvant de devenir pirate comme son célèbre ancêtre dont lui parlait son grand-père, lorsqu’elle était enfant.

Trois narrateurs très différents mais dont la destinée semble tendre vers un même point: prendre leur vie en main et trouver leur place. Route, épopées maritimes, poissons, îles des Caraïbes, pirates, généalogie... Je suis incapable d’en faire un résumé, tant ça foisonne, ça s’entrecoupe sans en avoir trop l’air, ça se distend, ça reprend sa forme. C’est un roman dense mais superbement écrit. Je me suis un peu perdue parfois dans tout cet éclatement de précision maritime ou généalogique... et la fin a laissé trop de point en suspens (à mon goût): la boucle n’a pas été bouclée... mais, mais... j’en ressors avec un sentiment de bien-être. J’ai aimé la plume intelligente de l’auteur et son humour. C’était un beau moment de lecture. 4/5

Posté par Charlie Bobine à 23:40 - Auteurs en D - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire