Mon lunivers

Autour de mes lectures...

10 septembre 2009

Électre à la Havane -=- Leonardo Padura

Electre_a_la_havane

Une enquête interne est en cours au commissariat. Mariachi, la secrétaire du Vieux, n'est plus à sa place, derrière son bureau et le Gros Contreras a été suspendu et a rejoint le camp des parias comme Mario. Que se passe-t-il donc? Mais lorsque le fils d’un diplomate cubain, Alexis Arayán, est retrouvé mort étranglé dans le Bois de La Havane, revêtu d'une flamboyante robe rouge, le Vieux demande le concours de Mario pour débrouiller cette affaire étrange. Pourquoi le corps d'Alexis n'a-t-il pas été jeté dans le fleuve à proximité? Et pourquoi s'était-il travesti?L’enquête conduit Mario Conde sur les traces d’Alberto Marqués, un dramaturge homosexuel, exilé dans son propre pays, condamné au silence artistique. Homme cultivé et cynique, Marqués va lui faire découvrir une Havane inconnue où la quête d’identité contraint les individus à suivre d’étranges parcours et à porter plus d'un masque.

Je ne devais pas être dans le bon état d'esprit pour apprécier le cheminement introspectif de Mario Conde et l'écriture touffue(!) de Padura. (En fait, soyons honnêtes, je me suis emmerdée.) Si bien que la lecture a traînée et que je me suis essoufflée en cours de route. Je savais dès le début qui était le coupable, ce qui n'aide pas -même que l'explication finale m'a déçue. Je suis sans doute passée à côté de bien des choses. Pas dans l'intrigue à proprement parler, mais dans le message sous-jacent concernant l'état de la société cubaine. Je ne sais pas, j'avais du mal à me sentir concernée. J'avais envie de quelque chose de plus léger, de plus accessible. Le ton m'est apparu plutôt geignard et il me soûlait. Bref, ce troisième opus a fait chou blanc. 2.5/5    

Posté par Charlie Bobine à 08:42 - Auteurs en P - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires

    Dommage, moi, j'ai beaucoup aimé. J'aime bien le désenchantement doux de Padura. Un regard triste sur le monde mais aussi très humain.

    Posté par alain, 10 septembre 2009 à 15:04
  • Dommage, le thème est tentant... juste pour l'atmosphère de La Havane! Mais bon, avec ton avis, je suis plus ou moins tentée, j'avoue!!

    Posté par Karine:), 11 septembre 2009 à 07:09
  • Après un 3e tome, le doux désenchantement de Padura n'a pas fait son effet. Je pense que j'aie intérêt à espacer mes lectures avec cet auteur pour les apprécier davantage.

    Mais bien sûr, tous les goûts sont dans la nature.

    Posté par Charlie Bobine, 11 septembre 2009 à 08:04
  • Je note qu'il faut donc espacer la lecture des tomes de cette série ! Et surtout, il faut que j'y pense quand je suis à la biblio

    Posté par Joelle, 14 septembre 2009 à 11:29
  • mon 1er pdura

    bonjour. J'en suis à mon 1er Padura et les premiers chapitres ont été une sacrée découverte. Je suis très content d'avoir trouvé cet auteur qui me plait (aussi) parce qu'il a déja pas mal de bouquins et que ça me fera du boulot si j'accroche....
    Moi aussi, j'ai l'impression d' avoir déja trouvé une des principales protagonistes dans "Les brumes du passé" mais j'espère que ça ne me gênera pas trop pour la suite.
    En ce qui concerne le personnage principal, Cuba, que je boycottais pour des raisons humanistes, les premiers chapitres me faisaient douter mais je crois que la suite confirme malheureusement ma première décision. Il doit y être difficile d'y aller en visite sans se sentir complice de la dictature.

    Posté par alain, 13 avril 2011 à 05:08
  • Je n'ai jamais visité Cuba, j'avoue que je penserais effectivement au régime si j'y allais... Peut-on aimer le pays sans se sentir coupable d'être complice de la dictature? Bonne question.

    Heureuse que vous ayez trouvé votre bonheur avec Padura: bonne lecture Alain.

    Posté par Charlie Bobine, 22 avril 2011 à 19:56

Poster un commentaire