Mon lunivers

Autour de mes lectures...

13 juillet 2010

Invisible -=- Paul Auster

invisibleDu grand Paul Auster, disait la critique (générale). Je n'ai pas lu tout Paul Auster, aussi, je ne peux pas me poser en critique. Mais j'ai beaucoup aimé. Le lire fait vibrer une corde créative en moi, le grand Appel. Presque mystique. (Bon, je n'entrerai pas ici, dans le clinique. Ceux qui me connaissent personnellement comprendront.)

J'aime son pouvoir narratif. De plus en plus, il faut croire si je m'en réfère à La nuit de l'oracle que j'ai noté, à l'époque, moins positivement que je noterai spontanément celui-ci.

Je ne sais même pas comment vous décrire cette histoire. Le point de vue de l'éditeur m'apparaît trop, en même temps que «pas assez». En gros, ça commence avec le récit d'une rencontre marquante, en 1967, qu'à fait un jeune homme (Adam Walker), aspirant poète, avec Rudolf Born. Professeur politologue, quelque chose comme ça. Et de sa compagne, Margot. Instinctivement, Adam sent que cet homme, ce Born (très parlant les noms chez Auster quand on y pense), est un être nocif et il est conscient de l'aura de séduction qui émane -allez savoir pourquoi- de cet homme, mais aussi (et ce n'est pas négligeable) de Margot. Il pose son récit (Adam) comme une nécéssité de confier sur papier l'importance de ce personnage.

Cependant, on ne réalise pas vraiment qu'il s'agit de mémoires. Des siennes en l'occurence. (Pas qu'il est Born, pas du tout, mais on apprendra en quoi 1967 a modulé sa vie, l'a transformé et Born est le pivot qui fait de cette année-là, une année charnière.) C'est lorsque le narrateur change, passant soudain à un vieil ami d'université de Walker qui a reçu une lettre de lui que l'on comprend.

Au final, nous aurons un tableau assez complet de 1967 pour Adam Walker. Avec cependant quelques trous, comme: a-t-il dit la vérité à propos de G. (dont je ne peux parler, mais vous comprendrez si vous le lisez!)? Je me le demande. Je pencherais pour oui. (Et, cet événement que je réprouve, ne m'a pas paru horrible dans le contexte.) 

Et la fin. O_o Bon sang! J'ai retourné les pages, revenant en arrière, repartant (sur le poème): perplexe, presque choquée! «Hein? Quoi!» Je ne suis pas nécéssairement insatisfaite, mais il est indéniable que je suis perturbée.

Dans l'ensemble: un très bon roman. Avec des passages hallucinants. 4.5/5

coeur_gif_090

 

Posté par Charlie Bobine à 15:22 - Auteurs en A - Commentaires [9] - Permalien [#]

Commentaires

    J'ai très envie de le lire ! J'ai découvert récemment Auster avec Seul dans le noir. J'ai adoré.

    Posté par Marguerite, 13 juillet 2010 à 19:34
  • Ton billet est intrigant, ça me donne le goût de lire ce roman! J'ai lu 3 Auster jusqu'à maintenant, tous bien aimés.

    Posté par Grominou, 13 juillet 2010 à 19:46
  • J'ai lu 3-4 Paul Auster moi-même et mon intérêt augmente de fois en fois! Vraiment, j'ai adoré! (que dire de plus?)

    Posté par Charlie bobine, 13 juillet 2010 à 22:20
  • Je me sens bien petite sur la blogiosphère car je crois être la seule, du moins une des rares à ne jamais avoir lu Auster. J'sais pas, j'ai beau lire et relire avis et commentaires généralement tous positifs mais je n'arrive pas à me décider.

    Posté par Suzanne, 14 juillet 2010 à 22:29
  • J'étais comme ça aussi, il y a quelques années, j'avais une réticence que je ne m'expliquais pas face à Paul Auster. Je trouvais ça louche, je crois, que tout le monde l'aime!
    J'ai trouvé le premier tome de sa trilogie new-yorkaise imbuvable! Puis, à ma seconde tentative (avec autre chose: Le livre des illusions, si je me souviens bien), le courant a passé. Faiblard au début, ce courant... mais il grandit de lecture en lecture!

    Posté par Charlie bobine, 15 juillet 2010 à 09:20
  • Ton billet m'intéresse ! J'ai lu et beaucoup aimé "La nuit de l'oracle", mais n'ai pas poursuivi l'oeuvre d'Auster. Je m'y remettrai à l'occasion.

    Posté par Chère inconnue, 18 juillet 2010 à 11:59
  • Je l'ai déjà noté mais j'attends qu'il soit plus facilement dispo à la biblio. Surtout que j'ai quand même acheté son précédent et que je ne l'ai toujours pas lu !

    Posté par Joelle, 25 juillet 2010 à 05:13
  • Tu me rappelles que j'ai eu Brooklyn follies en cadeau de Noël (Noël 2005) et que je ne l'ai pa terminé en raison de ma grossesse des filles. Il faudrait que je le reprenne! )

    Posté par Charlie bobine, 26 juillet 2010 à 20:49
  • C'est justement Brooklyn follies qui m'a réconcilié avec Auster après avoir tenté (malheureusement ! mdr !) la trilogie new-yorkaise

    Posté par Joelle, 29 juillet 2010 à 02:25

Poster un commentaire